• Lettre de la FELCO aux élus

    La FELCO s'adresse aux élus.

    Philippe Martel                                                                                                              Montpellier le 5 décembre 2012

    Professeur des Universités

    Président de la FELCO

     

     

    Mesdames et Messieurs les député/es et sénateurs/trices

     

     

     

    Notre association d'enseignants de langue d'oc dans l'enseignement public accorde une grande importance aux questions, écrites ou orales, que des élus des régions occitanes ont l'occasion de poser aux ministres concernés par la question des langues régionales, et nous suivons avec tout autant d'intérêt les réponses qui peuvent leur être apportées. Ces questions et leurs réponses sont publiées régulièrement sur notre site, voir dernier recensement aux adresses

    et

    - http://www.felco-creo.org/mdoc/detail_fr.php?categ=deputat&id=935 pour les députés

    - http://www.felco-creo.org/mdoc/detail_fr.php?categ=deputat&id=939 pour les sénateurs.

    Nous tenons d'abord à remercier tout particulièrement ceux d'entre vous qui sont signataires de ces questions et qui nous informent de leur action par courrier postal ou électronique.

    Sur un certain nombre de points qui ces derniers temps ont provoqué notre inquiétude, notamment sur la suppression pure et simple des CAPES de langues régionales évoquée un moment par les services de l'Education Nationale, il nous paraît que les interventions claires et nettes des élus ont permis de faire avancer les choses, ou à tout le moins d'éviter que la situation de nos enseignements, déjà délicate, s'aggrave plus encore.

    En tout état de cause, nous savons bien, vous comme nous, que beaucoup reste à faire pour donner à l'enseignement des langues de France, notamment l'occitan, le statut dans l'école de la République qu'il mérite.

    Pour ne prendre que cet exemple, le nombre des postes affichés chaque année au concours du CAPES reste inchangé depuis maintenant huit ans, et fixé à un niveau (4 postes pour une trentaine de départements !) plus qu'insuffisant.

    Quant à la revendication, déjà ancienne, d'une agrégation alignant le statut de nos enseignements sur celui des autres disciplines, question posée par Monsieur le Sénateur Fauconnier (Question écrite n° 19259 de M. Alain Fauconnier, Aveyron -

    FELCO (Federacion dels Ensenhaires de Lenga e Cultura d’Oc – Educacion nacionala – CRDP, allée de la Citadelle 34064 Montpellier Cedex 2 – 04 67 66 33 31 - lengadoc@felco-creo.org - http://www.felco-creo.orgSOC) publiée dans le JO Sénat du 30/06/2011 - page 1693), elle vient d'être écartée d'un revers de main et sans vrais arguments dans une réponse récente émanant du Ministère de l'Education Nationale qui semble ignorer que l’agrégation est un concours de recrutement d’enseignants du second degré...

    Se pose aussi la question du devenir des propositions de loi déposées par des élus appartenant aussi bien à la majorité qu'à l'opposition, et dont il est désormais peu probable qu'elles soient débattues avant la fin de la présente législature. Oui, beaucoup reste à faire.

    C'est pourquoi notre association continuera à suivre de près toutes Les interventions d'élus susceptibles de reposer encore et toujours les questions qui nous tiennent à cœur, à vous comme à nous, et nous ne manquerons pas de vous communiquer toutes les informations propres à vous permettre de poser ces questions.

    Nous vous prions d’agréer, Mesdames et messieurs, l’expression de nos salutations les plus distinguées.

    P/O Philippe Martel, Président de la FELCO, Marie-Jeanne Verny, co-secrétaire.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :